image pacte

Le spécialiste sur le pacte d'associés

Je m'informe
Je télécharge un modèle
Je consulte un avocat

5 raisons de ne pas rédiger de pacte d'associés

Mis à jour le 12 Février 2014
sans pacte

Vous êtes un peu effrayé du pacte d’associés… avec toutes ces clauses qu’il peut contenir, un vrai casse-tête chinois! Vous préférez vous en tenir aux règles imposées par les statuts.
Les statuts ne permettent pas une organisation efficace des pouvoirs, ni de prévoir l’étendu des droits financiers dont chacun des actionnaires pourra se prévaloir, ni de répartir le capital comme bon vous semble.
Cependant, vous êtes un original, et vous campez sur vos positions : le pacte n’est pas une bonne idée. Voici 5 raisons de ne pas rédiger de pacte..

Vous aimez les problèmes qui ne se résolvent pas, les situations de blocage vous fascinent

prise de décision blocage

Vous aimez les challenges et défis saugrenus, vous n’avez peur de rien et vous ne marchez qu’à l’adrénaline ?Alors ne concluez pas de pacte d’associés. Pourquoi s’imposer un pacte qui organiserait la vie commune et les prises de décision entre vous et les autres actionnaires.
Vous aimez les longues discussions, les discussions interminables sur l’avenir des titres de Paul, un actionnaire sympathique, qui est décédé la semaine dernière.
Vous aimez ces discussions qui amènent à bloquer la société, puisque plus aucune décision ne peut être prise sans avoir avancé sur le fait de savoir si les titres de Paul reviendront à sa femme, son chien, ou à vous-même.

Vous adorez voir des associés, que vous n’aimez pas, entrer dans le capital de la société

associé hostile

Vous adorez les actionnariats instables, quoi de plus drôle que de voir défiler de nouvelles têtes qu’on n'aurait jamais rencontrées.
Un pacte d’associés, avec ses clauses de préemption, ses clauses d’agrément et autre droit de préférence, vous aurait fermé à une telle opportunité…
Ah oui, vous adorez faire de nouvelles rencontres, vous aimez être contraint de travailler avec des gens que vous détestez. Vous accueillez toujours à bras ouvert de nouveaux investisseurs qui sont hostiles à la société ! 

Vous vous amusez des départs d’actionnaires allant travailler chez le concurrent

associé concurrence

Après un désaccord avec un autre actionnaire, vous préférez que celui-ci parte, qu’il parte vite et très loin… Vous vous moquez de ce qu’il fait de ses titres, et de ce qu’il fera des documents précieux qu’il avait en sa possession.
II part et n’oublie pas de prendre sous son bras les fichiers clients.
En route vers de nouvelles aventures ! Il tape à la porte de votre concurrent principal, avec toutes vos innovations.
Mais du moment qu’il a quitté le navire, vous respirez de nouveau !
Une clause de non-concurrence ? Pour quoi faire ?! 

Vous raffolez de l’anarchie dans la prise de décision

anarchie prise de décision

Vous êtes un fanatique de la rhétorique, vous aimez pratiquer votre art, celui de convaincre… Au placard les accords et organisations sur le règlement d’éventuels désaccords qui surviennent dans la cour des actionnaires.
La loi du plus fort est la seule qui vaille. Vous priez pour être celui qui fera entendre sa voix parmi cette foule de lions enragés comptant dans ses rangs des actionnaires, aux dents aussi aiguisées que les vôtres. Vous voulez que chacun mette son grain de sel, que rien ne soit prévisible, comme l’autorisation de nouveaux recrutements ou encore la prise de décision délicate ou importante. 

Vous savourez d’être enchainé à vos titres

impasse titres associé

Vous aimez la dure loi qu’impose les statuts de la société, vous aimez que tous vos accords soient publics, vous aimez que tous vos faits et gestes soient soumis à une obligation de publicité.
Ah non pitié, vous ne voulez pas que l’on vous parle de clause de préemption.
En tant que minoritaire vous préférez devenir prisonnier de vos titres, sans que votre voix ne compte, sans que vous ayez droit un une information et une consultation effective. 


Conclusion

Si toutefois, vous n’aimez pas être prisonnier de vos titres, que vous ne raffolez pas de l’anarchie et de la loi du plus fort, que vous préférez la stabilité de l’actionnariat et la résolution rapide de conflit : choisissez de conclure un pacte d’associés !


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux ! 

Catégorie: 

Ajouter un commentaire